10:55:17 - samedi 18 novembre 2017

Long voyage sans revers en vélo, secrets et conseils


Au cours des vacances, des personnes en nombre parcourent des centaines de kilomètres à vélo. Comment s’en est-elle prise ? Quels préparatifs ont-elles conjecturés ? Voici les conseils pour faire d’un périple inoubliable et sans calamité.

Déterminer son itinéraire posément

Avant de déduire qu’un velo electrique est un levier intéressant dans l’ordre d’un long voyage, cette opinion se témoigne à condition de se préparer préalablement.  Mettre au point à la minute son itinéraire est typique des voyageurs insatisfaits. Cela dit qu’avant de se laisser embarquer dans un circuit, quel que soit le moyen de transport emprunté, il reste toujours nécessaire de prendre le maximum de temps pour rechercher et fixer son itinéraire. Qu’il s’agisse effectivement des parcours intermédiaires, ou final, le touriste doit les délimiter à pas comptés.

Emporter une carte géographique imprimée

Le plus souvent les voyageurs se servent d’un logiciel de cartographie pour ne pas manquer de repères sur route. Cependant, il reste préférable de garder un imprimé pliable et dépliable dans son sac, pour pouvoir y noter les éventuelles observations et tracer les itinéraires préconisés par les villageois. Il vaut mieux se méfier des recommandations hasardeuses d’un GPS pour velo electrique. Le GPS peut éventuellement tomber en  panne, c’est pourquoi il est indispensable de se munir d’une carte.

Évaluer la distance parcourue et la durée

Avant de traverser plusieurs kilomètres en velo electrique, il faut estimer avant tout la durée du grand voyage en partant pour deux ou trois jours, ce qui ressort de l’évaluation du parcours possible en une journée. Le test se réalisera correctement suite à une charge complète de la batterie et la prise en compte du relief. Bien que quelquefois au cours d’un circuit, il soit difficile de redémarrer en raison d’une interruption, le vélo doit dès lors s’utiliser tous les jours, au moins une seule fois sur quelques mètres.

Investir dans du bon matériel

Si le vélo fait partie des moyens de mobilité les moins onéreux, cela n’implique guère que l’investissement dans du bon matériel est superflu. Bien au contraire, lorsqu’il faut passer plusieurs heures par jour sur un seul et même engin, et que ce dernier sera sollicité au maximum, nécessairement, la solidité et légèreté sont des qualités à scruter avant l’achat d’un vtt electrique. Dès le départ, l’acheteur a intérêt à estimer la performance de l’équipement, pour ne pas avoir à débourser des frais ultérieurs et imprévus.

Choisir un vtt electrique ou randonneur

Le voyageur a le choix entre un vtt electrique et un randonneur. Ces deux solutions s’adaptent à tous les budgets et préférences. Toutefois, en vue d’un voyage long duré, il est intéressant d’envisager un vélo confortable et robuste. Quel que soit le modèle, privilégier les tailles de roues en 26’’ d’un VTT et un système de freinage avec des patins,  permet de passer à côté des tracasseries mécaniques.

Opter pour la solution bagage ergonomique ou réduisant les pannes

Beaucoup de touristes emportent toutes ses affaires dans des sacoches d’autres préfèrent la remorque. Du moins ce qui est avéré c’est que l’appareil risque de rencontrer plus de problèmes techniques, à l’exemple de la défectuosité des roulements  en cas de  port de gros sacs à dos. Tout se trouve à portée de main et plus accessible en faveur d’une remorque. À la limite qu’il serait moins ergonomique pour le conducteur de tracter, une charge le long d’un road trip qui s’éternise.

L’important est donc de bien s’équiper du vélo le plus performant avant de partir, sans s’encombrer inutilement. Emporter l’essentiel, sans oublier la carte géographique et pour plus de rangements, et d’équilibrage, les sacoches feront le bonheur.

 

Ce post a été vu 485 fois depuis le 13/03/2014 !

Catégorie : Moyens de transport